Tour 2018 : L'eau, un trésor en partage

L’eau est sans doute l’enjeu majeur du 21ème siècle. L’eau va-t-elle manquer ? Un Vélo pour la Planète part suivre les cours de la Durance et du Verdon pour répondre, par le témoignage d’actions concrètes, à la question d’un partage durable de l’eau.

A la recherche du Desman des Pyrénées !

L'été dernier, nous avons enfourché notre selle pour partir à la recherche du Desman des Pyrénées, un étrange mammifère menacé d'extinction. Retrouvez le film de notre rencontre avec l'Association des Naturalistes de l'Ariège

HautPage tour 2018 eau lr bis 

L’eau est sans doute l’enjeu majeur du 21ème siècle. L’eau va-t-elle manquer ? Cette ressource, dont les privilégiés que nous sommes pensions jusqu’ici qu’elle était inépuisable, est-elle devenue un trésor convoité ?

La population mondiale, qui atteint aujourd’hui plus de six milliards d’habitants, a triplé en cent ans, mais, dans le même temps, les prélèvements globaux en eau ont été multipliés par six. En effet, si l’eau douce est essentielle à la vie et à la dignité humaine, elle est également nécessaire au développement de toutes nos activités économiques, en particulier la production d’aliments et d’objets manufacturés, et doit ainsi répondre à des besoins croissants liés à l’élévation des niveaux de vie.

Dans ce contexte, comment partager l’eau, sachant qu’aux enjeux d’alimentation et de produits transformés s’ajoutent des besoins croissants en énergie et des exigences d’activités touristiques en bordure des fleuves et lacs ?

Le bassin de la Durance n’échappe pas à cette question du devenir de la ressource et de son partage ; l’organisme de recherche IRSTEA a conçu un modèle numérique « multidimensionnel » intitulé R²D² 2050, permettant de modéliser un scénario à l’horizon 2050, représentant à la fois la ressource naturelle disponible, les demandes et prélèvements pour les différentes activités humaines et les règles actuelles de gestion des réserves.
On constate que, si les règles de gestion actuelles ne sont pas modifiées, tous les usages ne seront pas satisfaits de la même manière ; l’hydroélectricité et loisirs aquatiques seront notamment plus vulnérables aux changements.

C’est en suivant les cours de la Durance et du Verdon que nous chercherons à répondre, par le témoignage d’actions concrètes, à la question d’un partage durable de l’eau avec tous les usagers concernés, à l’échelle d’un territoire, et dans une logique d’« hydro-diplomatie

Découvrez ici les étapes du tour

 

 

 

 

 

toutesles actus

 

 

EN SELLE PROCHAINEMENT !

 

LES REPORTAGES SUR LA ROUTE






voir