bandeaupage.jpg

La notion d’eau virtuelle est un nouveau concept qui établit un lien entre la production agricole et industrielle et l’utilisation des ressources en eau, directe et indirecte. Découlant directement de cette notion, la définition de l’empreinte eau permet de comptabiliser l’utilisation de la ressource en eau, directe et indirecte, associée aux activités humaines, de l’échelle individuelle à l’échelle globale. C’est une notion très concrète, qui offre un cadre rigoureux d’évaluation de l’impact des activités humaines sur la ressource en eau.

Daniel Zimmer, directeur du Conseil mondial de l’eau, illustre cette notion lors du Forum mondial de l’eau de 2003 à Kyōto :

« Consommer un kilogramme de blé, c’est aussi, dans les faits, consommer le millier de litres d’eau qu’il a fallu pour faire pousser cette céréale. Manger un kilogramme de bœuf, c’est aussi consommer les 13 000 litres d’eau qui ont été nécessaires pour produire cette quantité de viande. Ce volume correspond à ce que nous appelons l’eau cachée, ou virtuelle. C’est parce qu’ils ne sont pas conscients de ce phénomène que tant d’êtres humains emploient cette ressource en aussi grande quantité. (...) »

Avec le tableau ci-dessous, voici des exemples concrets de notre consommation virtuelle d'eau :

PageEauVirtuelleInfographie

Cette notion est encore peu connu du grand public. Pendant notre reportage sur le partage de l'eau en Durance, nous réaliserons une série de micro-trottoirs au fil du parcours, afin de sensibiliser sur l’impact réel de notre consommation d’eau au quotidien.

Vous voulez suivre notre aventure cycliste ? Rejoignez-nous sur facebook !

 

 

 

 

 

toutesles actus